Interview des DE JEPS : Coordinateur de Projets

Joaquim PestrePortraits2 Commentaires

blog_tf_visuel_itw

Pour la grande majorité des stagiaires de Trans-Faire, le rythme est très soutenu et rares sont ceux n’ayant pas à jongler entre leur structure d’alternance et le centre de formation.

Cette semaine, nous profitons de la présence des étudiants en DE JEPS ASEC (Animation Socio-Éducative ou Culturelle) et de leur pause dej’ pour poser quelques questions à : Marie-Joêlle KOUADIO et Claire GABIACHE.

Claire Gabiache, DE et fier de l'être

Claire Gabiache, une DE engagée

Pouvez-vous nous dire comment s’est prise votre décision de participer à la formation DE JEPS ASEC avec Trans-Faire ?

Marie-Joëlle KOUADIO : Après une année à Tours dans un centre d’Animation suivi d’un Master en Culture Média, le DE Jeps Coordinateur m’est apparu comme la juste interaction entre toutes mes expériences et s’inscrivait comme une évidence dans mon parcours.

Claire GABIACHE : De mon côté, j’ai décidé de faire le DE après avoir été engagée dans un quartier politique de la ville pour avoir un rôle au niveau de la Coordination des Partenariats ce qui est en lien direct avec le territoire en terme de méthodologie de travail.

Comment s’est déroulée votre recherche d’employeur, souvent l’étape primordiale pour l’accession aux formations en alternance ?

C.G : Mon cas est un cas particulier car j’ai été engagée dans le cadre de la reconduction d’un contrat « Emplois d’Avenir » et, à la fin de mon contrat, mon employeur était dans l’obligation de me proposer de participer à une formation pour pouvoir me conserver au sein de l’effectif.

M.J.K : A l’issu de mon stage universitaire effectué également en alternance, mon directeur m’a orienté vers cette formation et, lorsque j’ai été admise à Trans-Faire, il a mis en place la démarche pour prolonger mon contrat au sein de la structure. D’autres personnes ont connu des recherches plus infructueuses, et ont du attendre le dernier moment pour trouver une structure d’alternance.

«Je n’ai donc pas une place de « stagiaire » mais une place d’employée, de salariée à proprement parlé»

Pouvez-vous nous présenter votre structure d’alternance et votre rôle au sein de celle-ci ?

M.J.K : Je travaille dans un centre d’animation qui propose des activités (du yoga aux arts plastiques) pour les franciliens et principalement les personnes du 4ème arrondissement. On a aussi cette dimension « populaire » car le centre est géré par la Fédération des MJC de France. On propose aux habitants du quartier des manifestations type expositions, visites du quartier… Le tout de sorte à faire vivre le lieu et proposer un équipement de proximité.

Marie-Joëlle en plein rush à l'occasion d'un évènement avec l'équipe du Pôle.

Marie-Joëlle (à gauche) en plein rush à l’occasion d’un évènement avec l’équipe du Pôle.

C.G : Je travaille dans deux centres d’animations de la ville de Paris qui sont gérés par une association « Casdal 14 » en délégation de services publics. J’ai commencé comme référent jeunesse et le DE JEPS m’a permis de passer au Pôle « Direction ».
Je suis donc coordinatrice des Partenariats. Je n’ai donc pas une place de « stagiaire » mais une place d’employée, de salariée à proprement parlé.
Concernant le public c’est de 4 à 99 ans et l’on propose des activités pour tout le monde, c’est un panel très diversifié…

Et la classe dans tout ça, le groupe? Comment vivez-vous ensemble cette éprouvante aventure ?

C.G : Le groupe est TRÈS hétéroclite. Cela permet de faire du réseau. On est tous des futurs responsables de structure donc au delà de l’apport théorique on discute aussi de montage de projets et de plein d’autres choses. C’est une vraie dynamique collective ou l’on s’entraide. On travaille tous dans les mêmes secteurs et quand l’un se retrouve « devant un mur » sur un projet on à un fort besoin d’avoir des ouvertures et des discutions. On est tous un peu spécialisé sur des points précis et mine de rien cela nous ouvre vraiment le champs des possibles…

Petit exemple de communication interne, nous avons créé une bibliothèque en commun, online, où l’on se partage des articles et les commentons par la suite..

Pour finir, un petit conseil pour les étudiants n’ayant jamais effectué d’alternance ?

C.G : Manger sain et dormir (rires…). Être constant, tout le temps, et comprendre que si on donne des dates il faut vraiment les respecter car c’est un rythme soutenu et constant et les moments ou l’on est débordé c’est les moments ou l’on respecte pas les timings. Une fois qu’on est « dans le jus », on y est…

M.J.K : Pas se décourager! Mener les choses de façons structurées, avoir une bonne méthode de travail et s’imposer cette rigueur !

Leur passage dans nos locaux leur permet, en plus de suivre leur cursus théorique, d’échanger, d’avancer sur leurs projets de fin d’année ou la préparation de leurs soutenances.

Propos recueillis par Joaquim PESTRE

Joaquim PestreInterview des DE JEPS : Coordinateur de Projets

2 Comments on “Interview des DE JEPS : Coordinateur de Projets”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *